Home Afrique Trois soldats français ont été tués en opération au Mali

Trois soldats français ont été tués en opération au Mali

315
0
Trois soldats français ont été tués en opération au Mali ce lundi 28 décembre, alors que leur véhicule blindé a été atteint par un engin explosif dans la région de Hombori, a annoncé l’Élysée. Ces trois soldats appartenaient au 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse (Meuse).
Le président Emmanuel Macron fait part dans un communiqué de sa «très grande émotion» après avoir appris la mort du brigadier-chef Tanerii Mauri, du chasseur de 1ère classe Quentin Pauchet et du chasseur de 1ère classe Dorian Issakhanian. Le chef de l’État «salue avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires, morts pour la France dans l’accomplissement de leur mission. Il s’associe à la douleur de leurs familles, de leurs proches et de leurs frères d’armes et les assure de la reconnaissance et de la solidarité de la Nation», écrit l’Élysée. Il «exprime son entière confiance aux militaires français déployés au Sahel, salue leur courage et rappelle la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme».
La ministre des Armées, Florence Parly, a elle aussi apporté ses «sincères condoléances à leurs familles, à leurs proches, à leurs frères d’armes» et fait part de «sa profonde tristesse», dans un communiqué de presse publié sur Twitter. Elle «rend hommage à la force de leur engagement qui fait honneur à la pugnacité et au courage des chasseurs de Conti Cavalerie. La France n’oublie jamais ceux qui, pour elle, pour sa liberté et pour ses valeurs, combattent et s’engagent jusqu’au bout», ajoute le communiqué.
Ces trois décès portent à 47 le nombre de soldats français tués au Sahel depuis 2013 dans les opérations Serval puis Barkhane. Le bilan s’établit à 48 si on y ajoute un soldat mort au Tchad en 2013 dans le cadre de l’opération Epervier. Le brigadier-chef Tanerii Mauri et les chasseurs de 1ère classe Quentin Pauchet et Dorian Issakhanian, qui appartenaient au 1er régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse (Meuse), effectuaient une mission d’escorte entre Hombori et Gossi, dans une zone frontalière du Niger et du Burkina Faso.
Lefigaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here