Accueil Politique Mamadou Taran Diallo, ministre de la Citoyenneté : « Nous devons nous...

Mamadou Taran Diallo, ministre de la Citoyenneté : « Nous devons nous ressaisir… »

110
0

Guinéens et Guinéennes,

Le double scrutin législatif et référendaire, du dimanche 22 mars 2020, a donné lieu dans certaines localités à des actes de vandalisme, de destructions de biens publics et privés, des blessures et pertes en vie humaine. Le Ministère de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale s’incline pieusement devant la mémoire de tous les disparus, souhaite prompt rétablissement à tous les blessés et adresse le soutien de la nation à tous ceux de nos compatriotes qui ont été affectés par ces douloureux événements.

Dans le sillage de ces violences, à l’occasion d’une consultation politique, on assiste avec beaucoup de préoccupation, à la résurgence de réflexes identitaires qui ébranlent la cohésion nationale. Ces pratiques et attitudes inqualifiables et inadmissibles sont aux antipodes des valeurs séculaires qui fondent le socle de notre nation. Chacun de nous, en son for intérieur et dans ses comportements et activités de tous les jours doit s’évertuer à faire preuve de retenue et à surtout s’abstenir de propos tendant à jeter de l’huile sur le feu. En tout état de causes, la préservation de la nation est une responsabilité qui incombe à chacun et à tous.

La pluralité des opinions et la divergence des points de vue sont inhérentes à la vie humaine et à l’esprit démocratique. Pour autant, doivent-elles nous amener à oublier l’essentiel ? Peuvent-elles nous conduire à voir en notre compatriote, notre cohabitant, un ennemi ? En quoi justifient-elles que nous nous en prenions aux acquis que nous avons mis de nombreuses années et beaucoup d’énergie à bâtir et à sauvegarder ?

Nous devons, tous, nous ressaisir pendant qu’il est encore temps. Militants de tous les bords, pro et anti scrutin, nous sommes d’abord des habitants du même pays. Avant tout et après tout, nous sommes des citoyens guinéens : c’est notre identité commune. Tâchons de ne pas l’oublier. Au contraire, nous devons impérativement nous en rappeler, particulièrement en ces moments difficiles de post scrutin.

Le devoir de la République est d’être aux côtés des victimes, de toutes les victimes. Elle doit leur manifester sa compassion. Autant il revient à la République de protéger, de promouvoir et de garantir la sécurité des personnes et des biens, autant elle doit assurer à toutes les victimes une justice équitable. Des enquêtes doivent être diligentées, dans les meilleurs délais, pour situer les responsabilités dans les événements douloureux que notre pays a enregistrés ces derniers jours. Les auteurs de violences, de destructions de biens et ceux dont les agissements auront endeuillé notre nation doivent tous répondre de leurs actes devant la justice. C’est une exigence de redevabilité en matière de lutte contre l’impunité dans le cadre de la défense des droits de l’homme.

Guinéennes et Guinéens,

Elite politique, administrative, économique, activistes de la société civile, leaders religieux et moraux, forces de défense et de sécurité, en colombes de la paix, œuvrons tous, inlassablement, à l’apaisement et à la cohésion en faisant valoir notre unité dans la diversité au-dessus de toute autre considération.

Chers compatriotes, je vous invite à mesurer l’ampleur des défis importants qui nous attendent sur le chemin de l’éradication de la pauvreté pour le développement de la Guinée. Ce sont autant de chantiers vitaux qui doivent davantage accaparer nos attentions et énergies pour préserver notre pays des violences et des conflits nuisibles et futiles. Je vous invite, en conséquence, à la paix, à la tolérance et à la concorde et je compte sur chacun de vous pour que, toujours, notre indispensable et incontournable désir de vivre ensemble l’emporte sur les tentations destructrices qui nous hantent.

Que Dieu préserve et bénisse la Guinée et les Guinéens. Amine.

Mamadou Taran DIALLO

Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here