Home Politique « J’accuse Alpha Condé, ancien président de la République de Guinée »...

« J’accuse Alpha Condé, ancien président de la République de Guinée » (Mansour Kaba)

314
0

Je remercie le Bon-Dieu-Tout-Puissant de m’avoir permis de vivre les événements de la perte du pouvoir par Alpha Condé le 5 septembre 2021 et son retour des soins à l’étranger à Conakry. Ceci est d’autant plus important que les accusations que je vais porter dans ce document contre lui et ses nombreux complices devraient lui permettre de répondre, si toutefois, il peut trouver des arguments contre mes accusations. Un silence coupable de sa part sera interprété comme un aveu de culpabilité:

  1. Je voudrais commencer par poser la question de savoir “Qui est Alpha Condé? A l’issue du congrès de la scission de l’AEGF (Association des Étudiants guinéens en France) en décembre 1966 à Paris, le mouvement estudiantin guinéen s’est scindé en deux branches: le bureau “Camara Sidiki” regroupant les marxistes-léninistes autour de Alpha Condé et Alpha Sow, d’un côté et le bureau “Bah Thierno” regroupant  les “bourgeois” Siradiou Diallo, Dr. Charles Diané et Ibrahima Baba Kaké, de l’autre. J’ai personnellement participé à ce congrès à Anthony du début à la fin…Remarquez qu’à cette date, les problèmes ethniques n’étaient pas à l’ordre du jour!

C’est le groupe marxiste-léniniste qui a, par la suite, créé le “Mouvement national démocratique – MND” à Paris. C’est ce MND qui a formé, pendant des semaines, des jeunes voyous de Conakry qui seront plus tard chargés de piller les biens et les logements des commerçants et des cadres de l’ethnie Maninka au cours du coup d’état du 4 juillet 1985 en cours de préparation par Lansana Conté et ses complices dont Alpha Condé.

N’ayant pas été récompensé par Lansana Conté comme il le souhaitait, Alpha Condé s’est mis aux services de Ibrahima Baba Kaké pour entreprendre le fameux voyage de Conakry, afin dessérrer l’étau autour des Maninka dans  cette capitale invivable. Ibrahima Baba Kaké a pris soin et devant témoin de dire à Alpha Condé, qu’il n’organisait pas ce voyage pour que Alpha Condé devienne président de la République! Et voilà Alpha Condé, anti-Maninka à l’origine, devenu le demi-dieu des mêmes Maninka qui ne le connaissaient ni d’Adam, ni d’Eve!

  • Deux tentatives d’assassinat contre ma personne à Yendè-Millimou

et à Banankoro en 1992: le général Bouréma Condé qui était, au moment des faits, sous-préfet à Banankoro est témoin des actes des militants du RPG sur les recommandations de Mme Nantènin Konaté-Chérif; donc complicité de tentative d’assassinat;

  • Dans la préfecture de Mandiana, deux événements qui méritent d’être signalés: a) Pour ma contribution pour les travaux de construction de la grande mosquée de Mandiana, j’ai offert à la ville cinq (5) tonnes de ciment. Les menteurs du RPG ont prétendu que ce serait le président Lansana Conté qui m’aurait donné l’argent du ciment. Mon ciment a été catégoriquement refusé par les doyens de la ville! b) Même situation dans la sous-préfecture de Morodou: les militants du RPG se sont opposés à la pose de la nouvelle toiture livrée pas mes soins pour le dispensaire de Morodou. Alpha Condé arrive dans cette sous-préfecture après mon passage. Il n’a pas goûté à la viande du boeuf qui avait été immolé à son honneur. Lorsqu’il a été question de la toiture du dispensaire, Alpha Condé n’a pas offert un centime. Il a plutôt demandé aux populations acquises à sa cause qu’il fallait cotiser pour couvrir le dispensaire. C’est en ce moment que les doyens ont décidé de poser la toiture financée par mes soins. Ce qui fut fait et reste aujourd’hui encore solide, trente ans après les faits;
  • Le mensonge qui été propagé, à l’occasion de l’élection présidentielle de 1993, par Alpha Condé et ses complices, prétendant que c’est Mansour KABA qui aurait demandé à la CENI l’annulation du vote dans les préfectures de Kankan et de Siguiri: devant le vol de mes bulletins de vote pour les soustraire du vote des électeurs de Kankan, j’ai tout simplement demandé à la CENI de mener une enquête pour connaître les gens qui ont volé mes bulletins, afin que les électeurs de Kankan ne puissent pas voter pour moi. C’est en fait l’ancien maire RPG de Kankan, “Grand K”, qui a été pris en flagrant délit de vol de mes bulletins de vote. Ma demande de punition du coupable n’a pas été prise en considération par la CENI.

Dans ma requête présentée à la CENI, le nom de la ville de Siguiri ne figurait pas du tout, car je ne savais pas ce qui s’était passé dans cette ville. L’avocat du candidat Lansana Conté, maître Kabélé Camara, avait, de son côté, rejeté ma requête, parce que, selon lui, ma plainte devrait être formulée devant les tribunaux de droit commun et non devant la CENI. Comme il s’agissait d’un vol pure et simple.

Tout le monde sait aujourd’hui que c’est l’ancien Gouverneur de Kankan, Sidy Cissoko, qui aurait mené des enquêtes à Kankan et à Siguiri pour aboutir à l’annulation du vote à Kankan et à Siguiri par la CENI. Mais aujourd’hui encore, des militants malhonnêtes du RPG-AEC continuent de m’accuser de l’annulation du vote à Kankan. Il faudrait peut-être, prochainement, porter plainte contre ces menteurs pour diffamation;

  • Lorsque je suis venu demander l’appui de mes oncles de Timbo-Djinnkönö pour l’élection présidentielle de 1993 à Kankan, ceux-ci m’ont déclaré qu’ils étaient prêts à s’engager pour ma cause, mais que Oumar Kaba et Mady Kaba du RPG étaient venus leur dire que Mansour Kaba travaillait pour le président Lansana Conté. Ces deux complices malhonnêtes d’Alpha Condé prétendaient en outre que je n’aimais pas la ville de Kankan. Et que je n’y possédais même pas un poulailler. Ils ont prétendu que lorsque je venais à Kankan, j’allais dormir chez ma mère, leur sœur au quartier Timbo.

Ces menteurs savaient pourtant que j’avais inauguré une grande propriété comportant trois villas et un studio au quartier Briqueterie à Kankan, plusieurs années avant l’élection présidentielle de 1993! Ces menteurs peuvent-ils me montrer aujourd’hui une seule résidence d’Alpha Condé en Haute Guinée et après onze années de présidence de notre pays? Ces gens-là mentent pour me reprocher une chose, alors qu’ils restent aveugles face la vérité concernant Alpha Condé et qui leur crèvent les yeux!!!

  • Pendant la campagne présidentielle de 1993, je suis venu à Kouroussa pour un meeting de campagne. L’un des chefs du RPG dans cette préfecture du surnom de “Pégry” m’a dit qu’à Kouroussa, ils ne recevraient aucun parti politique, en dehors du RPG. Je lui tendais alors le programme du Parti DYAMA, en lui disant que je n’avais jamais vu le programme du RPG. Il me répondit que lui aussi, il n’avait jamais vu le programme du RPG. Je m’étonne alors et lui dis: “Comment peux-tu militer dans un parti politique dont tu ne connais même pas le programme?”. Sa réponse fut: “Même si un Mauritanien venait nous dire ici qu’il était contre Lansana Conté, nous allions le suivre comme leader!”
  • Dans cette ville de Kouroussa, le RPG a créé dans les années 1990 un groupe de jeunes terroristes dénommé “Les Ninjas blancs du Hamana”. Cette bande de voyous s’attaquait nuitamment aux paisibles pères de familles qui ne militaient pas au sein du RPG. Les épouses et les jeunes filles étaient violées et les pères de famille ligotés et bastonnés à loisir. Le gouvernement de Lansana Conté n’a jamais sévi contre ces délinquants. C’est pour cela que de nombreux pères de famille ont préféré quitter la ville de Kouroussa pour aller vivre en paix ailleurs.
  • Dans le même ordre d’idées, voici le témoignage d’Aboubacar Sidiki Traoré, ancien maire de la ville de Siguiri, lu sur un site Internet, le 12 Avril 2022:

“Etant maire de Siguiri, j’ai été frappé, ligoté, ma maison saccagée et mes biens emportés par des jeunes du RPG-Arc-en-ciel. Mais le gros des problèmes, c’est que ce sont les auteurs même de ces faits qui sont dans le comité d’organisation ici. Voilà pourquoi je n’ai pas eu le courage d’y participer”.

Le CNRD et le gouvernement actuel doivent savoir qu’en Haute Guinée, on ne peut pas demander aux victimes du RPG-Alpha-Condé d’aller se plaindre devant une commission qui est dirigée par les délinquants du RPG-Alpha-Condé que les populations veulent et doivent dénoncer.

  • Dans ma famille à Kankan-Kéfinah, nous avons subi l’affront d’un fou du RPG qui a agressé physiquement le grand Imam de Kankan, Elhadj Sékou Kaba, pour avoir reçu chez lui un messager du président Lansana Conté.
  • Pour l’élection présidentielle de 1998, le Parti DYAMA avait renoncé à présenter un candidat, en se disant que tant que Lansana Conté serait président-candidat, nous n’allions plus participer à l’élection présidentielle. Le RPG a présenté la candidature d’ Alpha Condé qui s’est fait arrêter à Piné, dans la préfecture de Lola, en route pour Sipilou, en Côte d’Ivoire. Au fait que voulait faire Alpha Condé à Sipilou? J’ai déjà donné d’amples informations sur les péripéties de cet emprisonnement d’Alpha Condé. C’est cet emprisonnement qui m’a amené à soutenir le prisonnier politique en 1999, alors que depuis que nous nous sommes connus en 1964 à Paris, nous n’entretenions aucune espèce de relations.
  1. Au cours de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2010, Tidiane Traoré du RPG prit contact avec moi, alors que j’étais ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat. Il m’a révélé que mon “ami Alpha n’avait plus rien et que si je voulais l’aider, c’était le moment”. Effectivement, la CENI avait pris plus de quatre mois pour organiser le deuxième tour au lieu de quinze jours pour cette élection présidentielle. J’ai alors consulté des amis qui m’ont donné une somme de 100 000 000 GNF (cent millions de francs guinéens) pour le candidat Apha Condé. Je lui ai transi cette somme intégralement. Après sa victoire et avant son investiture, Alpha Condé m’a éconduit un soir de chez lui à Mafanco, en me disant qu’il me recevrait désormais sur rendez-vous.
  2. Connaissant les complexes du président, j’ai plutôt évité de chercher le contact avec lui. Mais en 2013, il m’a donné un rendez-vous auquel j’ai répondu volontiers. Pendant que j’égrenais les sujets à débattre avec lui, il m’interrompit pour me dire ceci: “Pour les projets des fêtes de l’indépendance, c’est un autre architecte qui a géré les projets de Boké et de Nzérékoré. Cette fois, j’ai décidé de te confier la gestion des projets de la fête nationale tournante de Mamou.” Le voilà qui appelle le ministre Alhassane Condé de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. Après plusieurs tentatives infructueuses, il confia à son chef de protocole la mission d’appeler Alhassane Condé, tant que je serais encore présent en sa compagnie. J’ai fini par m’en aller, tous les sujets débattus et Alhassane Condé n’ayant jamais répondu aux appels téléphoniques de la présidence de la République.

Quelques jours plus tard, le ministre Alhassane Condé me recevait en son cabinet. Je lui ai rappelé que le président Alpha Condé l’avait récemment appelé en vain. J’étais alors stupéfait d’entendre ce ministre me dire qu’il avait refusé de répondre à l’appel du président de la République, parce qu’il croyait que celui-ci allait lui raconter des bobards. A moi alors de corriger, en lui disant que le président Alpha Condé voulait lui dire qu’il avait décidé de confier les études architecturales et la supervision des travaux de la Région de Mamou (Mamou, Dalaba et Pita) à mon bureau d’études TAS International.

Ce qu’Alpha Condé ignorait, c’est que son ministre Alhassane Condé avait constitué autour des projets des fêtes tournantes de l’indépendance une mafia de bureaux d’études et d’entreprises qui échappaient au contrôle du président de la République. A tel point que malgré les recommandations du président de la République, Alhassane Condé à superbement ignoré la décision de son patron, pour continuer à traiter les projets de la Région de Mamou au niveau de sa mafia. Corruption, quand tu nous tiens!!! J’ai fini par participer à un appel d’offres pour obtenir la supervision des travaux dans la préfecture de Dalaba, l’une des trois préfectures de la Région de Mamou.

  1. Après cette déception, c’est le chef des “Grands Projets”, Mamadi Condé dit “Thalès” qui m’appelle un jour, alors que j’étais à Kankan. Il m’annonce la bonne nouvelle: le président Alpha Condé et lui-même auraient décidé de me confier, en toute discrétion, des projets à Kankan, Kouroussa, Dabola et Mandiana. Selon lui, la décision serait tellement secrète qu’au lieu de m’en parler au téléphone, il aurait décidé de m’envoyer un courrier en la personne d’un ingénieur des “Grands Projets”. A mon tour de lui demander une lettre de commande en bonne et due forme pour les prestations demandées. Dès la réception de la lettre de commande, l’ingénieur des “Grands Projets” et moi-même avons commencé le travail à Kankan. D’autres experts de mon bureau d’études nous ont rejoints en cours de route vers Kouroussa et Dabola.

Dans ce cas également, ces projets ont fini dans les mains de la mafia d’Alhassane Condé et d’autres concurrents. Pour les prestations de mon bureau d’études sur la base de la lettre de commande, je réclame les honoraires dûs, parce que je n’ai commis aucune faute professionnelle qui ait pu conduire à me retirer ces projets;

  1. Le projet des trois tours du WACQF-BID à Conakry: mon bureau d’études gagne un appel d’offres international sur liste restreinte, mais le conseil d’administration de cette institution islamique, avec à sa tête la ministre du Plan, prétend que les résultats ne correspondraient pas à ses “attentes”. Du jamais vu, sauf en Guinée! Ici aussi, je réclame mes droits.
  2. Je ne peux terminer cet acte d’accusation sans évoquer le cas suivant: après la campagne des élections législatives de 1995, mon collègue Sékou Doumbouya et moi-même sommes venus à Kankan pour faire le point avec nos amis de Haute Guinée. Sékou Doumbouya a profité de ce séjour pour aller saluer le doyen de la sous-préfecture de Sabadou – Baranama. Au cours des salutations, l’hôte du notable révèle qu’il était venu avec Mansour Kaba à Kankan. Etonné et sans mot dire, le doyen se serait levé difficilement avec l’aide de sa canne, pour aller chercher une noix de cola. Il tend alors la noix de cola à Sékou Doumbouya, en lui demandant de jurer sur la cola avant de la croquer et déclarer en même temps que Mansour Kaba était arrivé à Kankan.

Pour ces gens simples qui prenaient les mensonges du RPG-Alpha-Condé comme sortis des livres saints, il n’était pas croyable que je sois revenu chez moi à Kankan. Les propagandistes du RPG-Alpha-Condé avaient répandu en Haute Guinée la fausse nouvelle que j’avais fui la Guinée et que je n’y reviendrais plus jamais!!!

Chacun comprendra pourquoi, après ces déboires, je ne pouvais faire confiance à aucune autorité guinéenne, jusqu’à la fin de règne d’Alpha Condé. Je lance le défi à l’ancien président de la République de contredire mes déclarations. Et s’il décide de se taire, il me répondra demain en se roulant dans les feux de l’enfer. Un proverbe Maninka dit: “Le Bon Dieu ne dort pas. Le mensonge a beau emprunter un cheval au galop, il finit toujours par se faire rattraper par la vérité qui marche à pas lents”. Alpha Condé a désormais son avenir derrière lui et sa place en prison à vie!

Le 15 Avril 2022

Le Président du PAG-DYAMA

Mohamed Mansour KABA.