Accueil Economie Coronavirus : ce qu’il faut retenir du plan de déconfinement présenté par...

Coronavirus : ce qu’il faut retenir du plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe

0
Devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre a détaillé, ce mardi, le plan de déconfinement qui entrera en vigueur en France à partir du 11 mai. Edouard Philippe a apporté des précisions concernant la stratégie du gouvernement qui s’articule autour de trois axes sanitaires : « Protéger, tester, isoler ». 
Face à un hémicycle clairsemé en raison des mesures sanitaires en vigueur, le Premier ministre a précisé, ce mardi 28 avril, les décisions prises par le gouvernement pour tenter de gérer au mieux le déconfinement qui devrait commencer le 11 mai. Edouard Philippe a toutefois prévenu : en cas de relâchement du confinement et si les indicateurs de contamination repartaient à la hausse d’ici le 7 mai, le déconfinement pourrait être repoussé. Soumis au vote des députés, le plan gouvernemental a été approuvé par 368 voix contre 100.
Dépistage massif et port du masque 
Sur le plan sanitaire tout d’abord, le Premier ministre a tenu a souligner que la stratégie gouvernementale était basée sur trois axes : « Protéger, tester, isoler ». Edouard Philippe a ainsi promis qu’au 11 mai, 700 000 tests de dépistages seraient effectués chaque semaine sur toutes les personnes présentant des symptomes et que les cas positifs seront placés à l’isolement grâce à la mise en place de « brigades » dans chaque département pour identifier leurs contacts. « Nous laisserons le choix à la personne testée positive de s’isoler chez elle, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant 14 jours, ou bien de s’isoler dans un lieu mis à sa disposition, notamment dans des hôtels réquisitionnés », a-t-il expliqué.
Le Premier ministre a également annoncé que le port du masque sera un élément déterminant pour la réussite du confinement. Il a assuré qu’il y aura « assez de masques à partir du 11 mai ». « Nous recevons près de 100 millions de masques chirurgicaux par semaine désormais, et nous recevrons près de 20 millions de masques grand public lavables à compter de mai », a-t-il ajouté, précisant que les personnels de l’éducation et les élèves recevraient des masques. L’État prendra en outre en charge 50% du prix des masques grands publics achetés par les collectivités locales qui seront obligatoires dans certains lieux publics.
Une stratégie adaptée de façon régionale
Le déconfinement sera différencié le 11 mai entre les départements « vert », où il sera appliqué largement, et « rouge », où il prendra une forme plus stricte, a précisé Edouard Philippe. Pour cela, trois critères seront étudiés le 7 mai pour déterminer dans quel département « la circulation du virus reste active »,  « les capacités hospitalières en réanimation restent tendues » et « le système local de tests et de détection des cas contacts ne soit pas suffisamment prêt », a détaillé le Premier ministre devant les députés.
Réouverture des commerces, sauf pour les cafés et restaurants
Tous les marchés alimentaires et les commerces pourront rouvrir leurs portes, à l’exception des cafés, bars et restaurants dont le sort sera revu le 2 juin, a annoncé Edouard Philippe qui invite par ailleurs les employés et les clients à porter des masques et à respecter la distanciation sociale.
Les écoles maternelles et primaires rouvriront progressivement
Le gouvernement « propose une réouverture très progressive » des écoles maternelles et élémentaires à compter du 11 mai, « partout sur le territoire, et sur la base du volontariat ». Les collèges rouvriront quant à eux leurs portes à partir du 18 mai suivant la situation épidémiologique de chaque région. Pour ce qui est des lycées, une décision sera prise d’ici la fin du mois de mai.
Les transports toujours au ralenti
La capacité des transports publics va être drastiquement réduite pendant au moins les trois semaines suivant la fin du confinement le 11 mai, afin de respecter la distanciation sociale. Le port du masque y sera également obligatoire. « Cela veut dire, par exemple, que la capacité du métro parisien sera […] drastiquement réduite par rapport à sa capacité normale. Qu’il faudra […] condamner un siège sur deux, favoriser, par des marquages au sol la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d’affluence », a précisé le Premier ministre qui a également demandé aux entreprises qui le peuvent de maintenir le télétravail aussi longtemps que possible pour éviter les déplacements inutiles.
Les déplacements interdépartementaux ou interrégionaux seront quant à eux réduits « aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus », à la fin de la période de confinement le 11 mai. Les déplacements sans attestation seront permis dans une limite de 100 km autour du domicile mais pour les déplacements de plus longue distance, un justificatif sera nécessaire.
Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes
Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront par ailleurs limités à 10 personnes à partir du 11 mai pour le début du déconfinement progressif. « D’une façon générale, il nous faut éviter les rassemblements qui sont autant d’occasions de propagation du virus », a déclaré Edouard Philippe. Les mariages restent donc interdits jusqu’au 1er juin au moins et les personnes de plus de 65 ans ont, quant à elles, été invitées à rester le plus possible chez elles et à éviter tout contact non nécessaire.
Application de traçage StopCovid : le gouvernement temporise
La mise en place d’une application de traçage par Bluetooth pour mieux identifier les personnes ayant été en contact avec des malades, comme a pu le faire l’Allemagne ou l’Australie, semble encore faire débat au sein de l’exécutif. Le Premier ministre a reconnu que les questions autour de l’application StopCovid, notamment « en termes de libertés » étaient « fondées », mais le débat « prématuré », «compte tenu des incertitudes sur cette application». « Lorsque l’application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en oeuvre, nous organiserons un débat spécifique, suivi d’un vote spécifique ». Le lancement d’un tel dispositif ne semble donc pas être pour maintenant.
Cinémas, théâtres, grands musées et salles de concert resteront fermés 
Les grands musées, les salles de cinéma, de concert et les théâtres resteront fermés après le 11 mai, contrairement aux médiathèques, bibliothèques et petits musées qui pourront rouvrir leurs portes. En outre, tous « les évènements qui regroupent plus de 5 000 participants » ne « pourront se tenir avant le mois de septembre ». Cette mesure concerne « les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les évènements qui regroupent plus de 5 000 participants et font à ce titre l’objet d’une déclaration en préfecture et doivent être organisés longtemps à l’avance » a-t-il détaillé. Par mesure de précaution, les plages resteront également fermées au moins jusqu’au 1er juin, mais les parcs et les jardins publics pourront rouvrir sauf cas particulier.
La saison 2019-2020 de sports professionnels terminée
« La saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment celle de football, ne pourra pas reprendre », a enfin annoncé Edouard Philippe, douchant les espoirs des différents championnats interrompus depuis mi-mars en raison de la pandémie. « Pour donner aux organisateurs d’événements de la visibilité, je veux préciser que les grandes manifestations sportives […] ne pourront se tenir avant le mois de septembre », a-t-il également déclaré devant les députés.
RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here