Home Afrique Mali: mort en détention de l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga

Mali: mort en détention de l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga

148
0

Soumeylou Boubèye Maïga est mort ce lundi 21 mars, aux environs de midi, dans une clinique de Bamako. Son décès a été confirmé à RFI par des proches et des membres de sa famille.

L’ancien Premier ministre malien avait, pendant quatre mois, à partir de l’été 2021, été détenu à la maison centrale d’arrêt de Bamako. Il avait été transféré en décembre dernier dans la clinique de Bamako, où il est décédé lundi.

Il avait été incarcéré après avoir été inculpé notamment de « faux, usage de faux et favoritisme », dans le cadre d’une enquête sur l’achat d’équipements militaires et sur l’acquisition d’un avion présidentiel, en 2014, alors qu’il était ministre de la Défense.

L’achat de cet avion avait été épinglé par le Bureau vérificateur général (BVG), autorité malienne indépendante, qui avait dénoncé des pratiques de surfacturation, de détournement de fonds publics, de fraude, de trafic d’influence et de favoritisme.

Une cellule surpeuplée, sans fenêtre

En détention, son état de santé s’était profondément dégradé du fait des conditions de vie. Il avait été hospitalisé il y a environ trois mois, mais son évacuation sanitaire, en dépit des recommandations médicales, n’a jamais été permise par les autorités de transition.

Très vite, son état de santé se dégrade : en trois mois, celui que l’on surnomme « le Tigre » perd plus de vingt kilos et contracte une pathologie grave. Ses proches dénoncent ses conditions de détention dans une cellule surpeuplée, sans fenêtre, avec des conditions d’hygiène jugées indignes et humiliantes par sa famille, relate David Baché, du service Afrique de RFI.

Mi-décembre, l’ancien Premier ministre est donc transféré d’urgence dans une clinique de Bamako. Les médecins recommandent son évacuation sanitaire, afin de permettre sa prise en charge dans un établissement disposant de moyens techniques adaptés.

Les autorités maliennes de transition exigent une contre-expertise médicale, qui aboutit à la même recommandation.

RFI