Home Afrique Les opposants à la junte tchadienne déçus de la décision de l’Union...

Les opposants à la junte tchadienne déçus de la décision de l’Union africaine

143
0

La décision du Conseil paix et sécurité de l’Union africaine de ne pas sanctionner le Conseil militaire de transition au pouvoir, mais plutôt de l’accompagner en lui imposant des conditions contraignantes, ne fait pas unanimité au Tchad, loin de là. Le pouvoir de transition se sent légitimé et pavoise, alors qu’on ne décolère pas dans le camp de ses détracteurs.

Le gouvernement de transition n’a pas boudé son plaisir après la décision plutôt exceptionnelle du Conseil paix et sécurité, qui vaut reconnaissance des nouvelles institutions qui ont pris le pouvoir au Tchad.

« Nous sommes heureux que l’Union africaine ait fait preuve de discernement et de pragmatisme dans le dossier tchadien. La transition continue, les organes de la transition sont validés, le reste des questions posées trouvera sa juste résolution dans le forum national inclusif qui regroupera tous les acteurs politiques du Tchad », déclare le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Abdraman Koulamah.

C’est un autre son de cloche que l’on entend du côté de Wakit Tama, une coordination citoyenne qui regroupe une partie de l’opposition, la société civile ou encore les syndicats, et qui conteste dans la rue la junte militaire au pouvoir.

« C’est un méli-mélo complètement indigeste qui ne repose sur aucune réalité, ni aucune analyse pertinente. En refusant de condamner le coup d’État, qui en est véritablement un, l’Union africaine s’est privée d’une base objective de résolution des problèmes du Tchad. Nous allons continuer à marcher jusqu’à ce que la voie du peuple tchadien soit entendue », réagit son coordinateur Me Max Loalngar.

La décision de l’Union africaine est tombée le jour même où le Parlement européen a condamné le coup d’État au Tchad. Wakit Tama parle d’un camouflet pour l’organisation africaine et la junte militaire au pouvoir au Tchad, et d’un désaveux pour la France qui le soutient, des arguments que le porte-parole du gouvernement balaie du revers de la main.

RFI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here