Home International Les dirigeants iraniens se préparent à l’exil au Venezuela

Les dirigeants iraniens se préparent à l’exil au Venezuela

56
0

Vraisemblablement très inquiets quant à leur situation personnelle en cas de renversement du régime en Iran, les responsables de la République islamique cherchent refuge au Venezuela, leur proche allié.

Des sources diplomatiques occidentales ont déclaré à Iran International que la République islamique avait entamé des négociations avec ses alliés vénézuéliens pour s’assurer qu’ils offriraient l’asile aux responsables du régime iranien et à leurs familles si la situation devait s’aggraver et si la possibilité d’un changement de régime augmentait.

Selon ces diplomates, une délégation de quatre hauts responsables iraniens s’est rendue au Venezuela à la mi-octobre pour des négociations visant à s’assurer que le gouvernement de Caracas accorderait l’asile aux hauts responsables et à leurs familles au cas où un « incident malheureux » se produirait.

Début novembre, une source anonyme de l’aéroport Imam Khomeini de Téhéran a déclaré à Kayhan-London que trois vols par jour décollaient de Téhéran avec « une quantité considérable de fret » à destination du Venezuela, ajoutant que  » cela a commencé il y a environ deux semaines, et nous voyons ces mouvements environ deux ou trois fois par jour. »

« Au départ, mes collègues et moi pensions qu’il s’agissait d’employés d’ambassades, bien que nous ayons remarqué que les plaques d’immatriculation de leurs voitures n’appartenaient à aucune ambassade. Nous ne savons pas ce qu’ils transfèrent, et s’ils quittent le pays avec tous les bagages ou non. Parce qu’ils ne nous laissent pas approcher. Nous savons simplement que ces dernières semaines, il y a eu chaque jour trois ou quatre vols à destination du Venezuela », a déclaré la source.

Selon un autre article publié en octobre par le site Internet le quotidien britannique Daily Express, de hauts responsables de la République islamique auraient tenté d’obtenir des passeports britanniques pour leur famille afin de quitter le pays dans le contexte du soulèvement contre le régime suite à la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans tuée en garde à vue en septembre.

Citant une source iranienne anonyme, le Daily Express affirme également que des fonctionnaires ont affrété jusqu’à « cinq vols par jour » pour leurs familles, ajoutant que certaines sections de « l’aéroport principal de Téhéran » ont été transformées en une zone d’évacuation rapide pour leurs propres familles et amis.

La source a déclaré que les choses évoluent rapidement à l’aéroport, notant que « cela a commencé il y a plus de deux semaines. Le régime a changé tous les détails de sécurité à l’aéroport. Ils faisaient passer les civils (amis et famille) de l’entrée arrière de l’aéroport directement aux avions pour les vols internationaux. »

Les utilisateurs des médias sociaux font état de transferts d’argent réguliers à l’étranger par des hauts responsables du régime. Selon un compte, l’épouse de l’ancien ministre des Affaires étrangères Javad Zarif aurait transféré 4 millions d’euros sur un compte de la banque ABC à Shanghai par l’intermédiaire de certaines agences à Dubaï.

Des informations non confirmées indiquent également que des responsables transfèrent leurs avoirs vers des pays amis et des rapports officiels signalent que de nombreuses maisons luxueuses et très chères de la capitale Téhéran sont bradées, ce qui renforce le sentiment de panique des officiels du régime.

Lemondafrique.com