Home Culture Le Prix Goncourt 2021 attribué à Mohamed MBougar Sarr pour « La plus...

Le Prix Goncourt 2021 attribué à Mohamed MBougar Sarr pour « La plus secrète mémoire des hommes »

147
0

C’est le romancier sénégalais Mohamed MBougar Sarr qui a reçu ce mercredi le Prix Goncourt 2021 pour « La plus secrète mémoire des hommes ». Il succède au palmarès à Hervé Le Tellier avec « L’Anomalie ».

Le Graal des prix littéraires, c’est pour lui. L’écrivain sénégalais Mohamed MBougar Sarr remporte au premier tour de scrutin le Goncourt 2021 pour son livre La plus secrète mémoire des hommes. Un livre publié par la petite maison d’édition Philippe Rey qui a été préféré à Milwaukee Blues de Louis-Philippe Dalembert, Le voyage à l’Est de Christine Angot et Enfant de salaud de Sorj Chalandon.

Dans ce roman fleuve, l’alter ego de ce prodige sénégalais de 31 ans part à la recherche d’un compatriote imaginaire dont l’unique roman créa la polémique dans la France d’avant-guerre. Cri d’amour à la langue française, ce vrai-faux thriller historique se double d’une critique mordante du colonialisme.

Il n’y a pas d’âge en littérature. On peut arriver très jeune, ou à 67 ans, à 30 ans, à 70 ans et pourtant être très ancien– Mohamed MBougar Sarr, ce mercredi chez Drouant
« Je ressens beaucoup de joie. Tout simplement« , a-t-il déclaré à la presse à son arrivée à Drouant le plus jeune lauréat du prix depuis 1976. « Il n’y a pas d’âge en littérature. On peut arriver très jeune, ou à 67 ans, à 30 ans, à 70 ans et pourtant être très ancien« , a-t-il ajouté.

Mohamed MBougar Sarr succède au palmarès à Hervé Le Tellier qui l’avait remporté pour L’Anomalie, publié chez Gallimard. Un livre qui s’est vendu à plus d’1 million d’exemplaires, devenant le deuxième Goncourt le plus lu après L’Amant de Marguerite Duras.

S’il est le premier écrivain d’Afrique subsaharienne à être consacré par le plus prestigieux des prix littéraires, et seulement le quatrième écrivain noir couronné depuis René Maran il y a tout juste un siècle, Mohamed MBougar Sarr s’était employé à tordre le cou aux clichés ces dernières semaines.

« Victor Hugo, Michel Houellebecq et Christine Angot sont tout aussi francophones que moi« , expliquait-il le week-dernier au JDD. « Toutes les caricatures qu’on est tenté de faire parce qu’on est du centre ou de la périphérie de tel ou tel endroit du monde n’ont aucune pertinence face à la patrie que forment les livres. On peut tout trahir, fuir toutes les nations pour aller dans ce pays-là : il ne nous expulsera jamais. »

LCI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here