Home Politique Le FNDC-politique invite ses partisans à rester mobiliser et déterminer

Le FNDC-politique invite ses partisans à rester mobiliser et déterminer

215
0

Déclaration: Nous, Partis politiques du FNDC-POLITIQUE, avons constaté tôt ce samedi matin avec indignation que les sièges nationaux de certains partis politiques et toutes les issues qui y mènent, sont quadrillées par des pick-up de la Police Nationale et de la Gendarmerie, quelques heures après le kidnapping du Coordinateur National du FNDC, Oumar SYLLA alias Foniké Mengue, par un groupe de militaires et de gendarmes encagoulés et lourdement armés et l’arrestation, dans l’après-midi, de Honorable Saikou Yaya BARRY, Secrétaire Exécutif de l’UFR et Ibrahima DIALLO, Responsable des Opérations du FNDC.

Nous, Partis politiques du FNDC-POLITIQUE, condamnons avec la dernière énergie cette occupation illégale des sièges nationaux par les forces de défense et de sécurité, le kidnapping et l’arrestation des acteurs sociaux et politiques. Ce sont là des preuves éloquentes que le CNRD a délibérément décidé de faire basculer le pays dans l’autocratie. Cela est d’autant plus vrai qu’on constate qu’à chaque fois que des couloirs se sont ouverts pour amorcer un véritable dialogue, le CNRD a toujours posé des actes pour l’entraver.

Constatant la volonté manifeste de la junte de ne pas faciliter l’ouverture d’un cadre de dialogue pouvant permettre le retour rapide à l’ordre constitutionnel et en se fondant sur la trêve d’une semaine accordée par le FNDC, à la demande de la CEDEAO, nous, Partis politiques du FNDC-POLITIQUE, invitons tous nos militants et sympathisants ainsi que les citoyen(ne)s épris de justice et de démocratie à rester mobilisés, déterminés et à l’écoute des prochaines consignes. Nous lançons un appel à tous les membres des organes de la transition à mettre l’intérêt de la Guinée au-dessus de toute autre considération. Nous invitons, par ailleurs, la communauté sous régionale et internationale à s’impliquer davantage pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel en Guinée.

En ce moment précis où l’avenir de notre jeune démocratie est compromis, la résignation n’est plus permise.

Conakry, le 31 juillet 202