Home Afrique La veuve de Li Wenliang le médecin chinois spécialisé dans les coronavirus...

La veuve de Li Wenliang le médecin chinois spécialisé dans les coronavirus donne naissance à un fils

317
0

Li Wenliang, est le médecin chinois qui a tiré la sonnette d’alarme sur l’épidémie de coronavirus dans le pays et qui est mort de cette maladie.

La veuve de Li Wenliang, Fu Xuejie , qui a donné naissance à leur fils, a partagé une photo du garçon sur l’application de messagerie WeChat, le qualifiant de « cadeau final » du Dr Li.

Le Dr Li a été arrêté par les autorités, accusé d’avoir « répandu des rumeurs ».Il est mort plus tard après avoir attrapé le virus.

Et, c’est après un tollé public à la suite de sa mort, qu’il a été disculpé et honoré comme un héros par le gouvernement.

Sa veuve, Mme Fu, a maintenant deux fils avec son défunt mari. Dans son message, elle a écrit : « Mari, peux-tu voir cela du ciel ? Tu m’as donné ton dernier cadeau aujourd’hui. Je vais bien sûr les aimer et les protéger. »

Mme Fu a déclaré à l’agence de presse locale Litchi News qu’après la mort de son mari, elle a souffert de problèmes de santé liés au chagrin et a dû être temporairement hospitalisée pour assurer la sécurité du bébé à naître.

Elle a décrit le Dr Li comme un médecin responsable et un mari aimant, et a déclaré que sa famille avait d’abord caché sa mort à leur autre enfant, en lui disant que « papa était parti à l’étranger ».

La photo de son bébé a été commentée par des milliers d’utilisateurs du réseau social chinois Weibo, dont beaucoup ont émis des vœux. D’autres ont laissé des commentaires demandant aux médias de ne pas déranger la famille.

Qui était Li Wenliang ?

C'est finalement après son décès que le Docteur Li Wenliang a été reconnu comme "Héros" en Chine

Le Dr Li était ophtalmologue dans un hôpital de Wuhan, une ville située à l’épicentre de l’épidémie de coronavirus en Chine. En décembre, il a envoyé un message à ses collègues médecins pour leur dire qu’il avait remarqué sept cas d’un virus qui, selon lui, ressemblait au Sars – une maladie qui s’est répandue dans le monde entier en 2003. Il les a avertis, lors d’une discussion de groupe, de porter des vêtements de protection pour éviter l’infection.

Quelques jours plus tard, la police lui a demandé de « cesser de faire de faux commentaires » avant de faire l’objet d’une enquête avec huit autres médecins pour « propagation de rumeurs ».

Et, c’est peu après que le Dr Li a contracté le coronavirus à travers un patient. Il a partagé ses expériences sur les médias sociaux avant de mourir en février.

Sa mort a provoqué une vague de colère au sein des populations sur la gestion de l’épidémie par le gouvernement, qui a été accusé de minimiser la gravité du virus et d’avoir d’abord tenté de le garder secret.

Une recherche de la BBC sur les médias sociaux de l’époque a montré que des milliers de commentaires critiques sur Weibo avaient été censurés.

Après une enquête, les autorités chinoises ont présenté des excuses à la famille du Dr Li et ont admis des « lacunes et des insuffisances » dans leur réponse.

Avec 13 autres travailleurs de première ligne, le Dr Li a été salué comme un « martyr » en avril pour avoir sacrifié sa vie pour lutter contre les coronavirus. En conséquence, en vertu de la loi chinoise, le fait de le critiquer est désormais un délit passible d’arrestation.

BBC.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here