Home Politique La Colère : Fin de règne (Par Tierno Monénembo)

La Colère : Fin de règne (Par Tierno Monénembo)

258
0

La présidence de la République de Guinée, aujourd’hui, c’est le marché de Yenguéma, me disait avant-hier, un ami d’enfance qui a ses entrées à Sékoutouréyah. Un foutoir où fripiers et marchands de volaille se chipotent pour 10 francs de takoulata.»  Un chipotage de mafieux, cependant ; un chipotage réaliste en quelque sorte. Du fait de la fameuse règle du « je te tiens, tu me tiens par la barbichette », chacune de ces fripouilles sait que toute la camarilla tomberait si une seule d’entre elle était lâchée. Après avoir, comme il sait si bien le faire, entretenu le faux suspens, Alpha Condé a reconnu le casse-tête devant lequel il se trouve : l’impossible remaniement ministériel. Kassory Fofana est remis en selle quelques minutes après avoir été débarqué. On prend les mêmes et on recommence pour parler comme Jean-François Kahn. On fait semblant de changer pour mieux conserver…le conservatisme. Au fond, Alpha Condé n’a jamais varié, il n’a jamais changé, il ne changera jamais de méthode : dire ceci pour faire cela ; promettre le miel et donner le ricin, indiquer la lune et vous conduire au fond du puits. La démagogie, quoi ! La grosse ficelle de tous les politiciens de bas-étage ! Hélas, les peuples, comme les enfants, se contentent souvent de sucettes et de bons mots.

Troisième mandat ou premier mandat de la sixième République ou deuxième mandat de la douzième ou troisième de la centième ? Pour Alpha Condé, peu importe. L’essentiel est qu’il ait le pouvoir, tout le pouvoir ; la bauxite, toute la bauxite. L’essentiel est qu’il puisse nommer qui il veut, arrêter qui il veut, insulter l’ethnie qu’il veut, brûler le village qu’il veut ! Bref, le président guinéen parfait, tel que nous le subissons depuis 1958, je veux dire en 62 ans  de conneries monumentales !

Encore six ans d’Alpha-Grimpeur ! Encore six ans de temples du changement ! Encore six ans de sucettes et de bons mots ! Encore six ans de disette et de répression ! Encore  six ans de té mouna, yé mouna ! Le tout, sous la conduite éclairée de Kassory Fofana, de Kiridi Bangoura, de Rachid N’Diaye, de Damaro Camara, de Bantama Sow, d’Albert Damantang Camara etc., tous ces grands génies que le monde entier nous envie.

Allahou akbar !

Alpha Condé ne peut plus tromper personne. Même ses plus fidèles compagnons savent que pour lui, seul le pouvoir compte. La Guinée est le cadet de ses soucis.  Il s’en fout et de l’unité et de la prospérité du pays. Pourvu qu’il meure au pouvoir, la bouche pleine de bauxite et de diamant ! Aucun lien affectif, aucun contrat moral ne nous lie à ce fantoche que la mafia internationale a hissé au sommet de notre pays pour faire main basse sur nos mines. Nous n’avons rien à  attendre de lui. Lui non plus n’a rien d’autre à attendre de nous que le magistral coup de pied qui fera bientôt tomber son régime. Un régime en fin de course, un régime usé jusqu’à la corde. Une machine sans pièce de rechange et dont le chauffeur ne sait pas qu’elle est déjà sur une voie de garage.

Tierno Monénembo

1986, Grand Prix littéraire d’Afrique noire ex aequo, pour « Les Écailles du ciel » ; 2008, prix Renaudot pour « Le Roi de Kahel » ; 2012, prix Erckmann-Chatrian et Grand Prix du roman métis pour « Le Terroriste noir » ; 2013, Grand Prix Palatine et prix Ahmadou-Kourouma pour « Le Terroriste noir » ; 2017, Grand Prix de la francophonie pour l’ensemble de son œuvre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here