Home Non classé Sport Kaba Diawara, coach de la Guinée: «Les clubs européens ne respectent pas...

Kaba Diawara, coach de la Guinée: «Les clubs européens ne respectent pas l’Afrique»

550
0

A moins de trois semaines du début de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2021), le nouveau sélectionneur de la Guinée estime que les clubs européens doivent faire preuve de plus de compréhension pour libérer leurs joueurs. Au Cameroun, il espère d’ailleurs pouvoir compter sur son capitaine et maître à jouer Naby Keita.

RFI : Kaba Diawara, comment vous avez vécu ces derniers jours de doute concernant l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2021), et notamment l’attitude des clubs européens, qui ne semblent pas disposer à libérer leurs joueurs facilement ? 

Kaba Diawara : Ça montre surtout qu’ils ne respectent pas l’Afrique ! C’est malheureux à dire mais c’est la vérité… Ce n’est pas notre faute à nous, sélections africaines, si la FIFA et la CAF s’amusent à déplacer la CAN à chaque fois (la dernière édition a eu lieu en Egypte en juin-juillet 2019). Honnêtement, je dirais même que c’est du foutage de gueule… Les dates de la compétition sont connues depuis longtemps ! Mais tout ça n’est pas nouveau… Les clubs appuient toujours sur l’Afrique mais il faut arrêter de se raconter des histoires…

Les joueurs sont africains, ils ne sont pas européens. Ils jouent pour leur sélection et ils ont envie de venir. Si on commence à bloquer ou mettre la pression à un international, il ne va pas être performant, ni en sélection ni en club… Donc autant le libérer, lui faire confiance ! S’ils ne sont pas contents, les clubs n’ont qu’à éviter de recruter des joueurs africains… Ils n’ont qu’à prendre simplement des joueurs européens et ils n’auront plus ce genre de problèmes…

Vous avez peur d’être privés de certains joueurs ? On pense notamment à Naby Keita, qui joue à Liverpool… 

J’échange beaucoup avec lui et il m’a dit que dans le meilleur des cas, Liverpool lui demande de rester jusqu’au 2 janvier car il y a un match très important contre Chelsea, capital dans la lutte pour le titre…

Mais nous, on aura démarré la préparation le 26 décembre au soir, on a prévu un match amical le 2 janvier mais Naby ne pourra donc être disponible que le lendemain…

J’ai peur qu’il se blesse face à Chelsea et si c’est le cas, ça risque de nous pénaliser, d’autant qu’il est fragile…

Donc on va discuter avec son club, avec Naby, et on prendra la meilleure décision possible.

Mais je persiste à penser que c’est un manque de respect vis-à-vis de l’Afrique. Les clubs ne se seraient jamais comportés comme ça pour un joueur sud-américain ou un joueur européen…

Le cas de Naby Keita est symptomatique. Son absence pourrait être préjudiciable pour la compétition ? 

Bien sûr, la situation n’est pas simple ! Naby est souvent blessé donc il sait que s’il décide de partir, il se met son club à dos, et ce n’est pas forcément bon pour son avenir à court terme…

J’ai vu qu’il avait joué récemment des bouts de matches [il a joué le match entier contre Tottenham, Ndlr]. Il y a de fortes chances qu’il joue ce fameux choc contre Chelsea donc on va espérer qu’il ne lui arrive rien de grave parce qu’il est capital pour nous et sans notre joueur « plus plus », on n’ira nulle part !

J’ajoute qu’on a un rendez-vous très important le 27 décembre, une remise de drapeaux, on rencontre le Président, on va faire des prières pour le Syli National…  C’est notre capitaine donc, s’il est absent, ça ne fait pas très sérieux ! Il faut laisser Naby tranquille, il faut lui laisser prendre ses décisions… Et là je fais un appel du pied à son club, qu’il comprenne que ce n’est pas n’importe qui pour nous. C’est un capitaine de sélection !

Le dialogue s’annonce donc compliqué avec Liverpool et son entraîneur Jürgen Klopp ? 

Il faut déjà voir quelle attitude il va adopter concernant Mohamed Salah et Sadio Mané (sourires). S’il les bloquent, je pense qu’il va aussi bloquer Naby. Donc c’est tout un processus. Il faut peut-être qu’on s’appelle avec le sélectionneur de l’Egypte et celui du Sénégal et voir si on ne peut pas tous monter au créneau pour trouver un terrain d’entente parce qu’on a besoin de nos joueurs !

RFI