Friday, Jan 19th

Last update11:12:50 PM GMT

You are here

Alpha Condé: « J’ai dit à tous les diplomates, celui qui va s’ingérer dans les affaires de la Guinée… »

Envoyer Imprimer PDF

Résultat de recherche d'images pour "alpha condé"(Lejour.info) - Le président guinéen, Alpha Condé a déclaré le vendredi 5 janvier 2018 à l'occasion d'un déjeuner avec les journalistes que tout diplomate qui va s'immiscer dans les affaires de son pays sera expulsé.

« J’ai dit à tous les diplomates, celui qui va s’ingérer dans les affaires de la Guinée, je le mettrais dans le premier avion » a menacé le locataire de Sekhoutoureya.

Cette sortie inattendue faite à l'occasion du nouvel an peut être symbolique. D'abord, elle tombe quelques semaines après la sortie de l'ambassadeur des Etats-Unis en Guinée. Denis Hankins, a toujours dit à travers les médias guinéens que son pays s'opposerait à toute tentative de modification de la Constitution. Allusion faite à certaines velléités de tripatouiller la Constitution en Guinée pour ouvrir la voie à un troisième mandat au Président en exercice.

Ensuite, on est à une année électorale en Guinée. Les élections locales se tiendront en février prochain. Quant aux législatives, elles sont attendues au second semestre. Les résultats de ces deux scrutins de taille pourraient influer l'échiquier politique du pays.

Les révisionnistes de la Constitution sauront, ainsi,  se déterminer avant de prendre toute décision allant dans le sens d'un référendum ou d'un projet d'amendement à soumettre au prochain parlement. Si tel est le cas.

Le président Alpha Condé, quant à lui, entretient le doute au sujet d'un troisième mandat. Par contre au sein de sa propre formation politique, le sujet n'est plus un tabou. Des responsables et non les moindres du parti présidentiel ne cachent pas leur ambition de voir leur champion briguer un troisième mandat.

Est-ce par la seule volonté de se libérer du dictat de l'Occident, trop regardant sur la conduite de nos démocraties bancales, que l'ancien président de FEANF clame partout que les Africains doivent maintenant résoudre leurs propres crises ?

Voici la question.