Home SOCIETE Dissiper les mythes du vaccin contre la COVID en Afrique

Dissiper les mythes du vaccin contre la COVID en Afrique

203
0

Des mythes divers au sujet du vaccin contre la COVID poussent de nombreux Africains à éviter la vaccination, alors même que de nouveaux variants de coronavirus plus transmissibles se propagent à travers le continent.

Le déploiement des vaccins contre la COVID-19 était attendu telle la lumière au bout du tunnel de la pandémie. Pourtant, avec l’augmentation de l’approvisionnement en vaccins en Afrique, la désinformation concernant leur innocuité et leur efficacité est également croissante.

Les craintes concernant les vaccins vont du simple manque d’informations aux théories de complot farfelues. Les inquiétudes se sont intensifiées sur le continent après que plusieurs pays européens ont cessé d’utiliser le vaccin AstraZeneca de l’Université d’Oxford, des caillots sanguins ayant été signalés parmi un petit échantillon de receveurs. Alors que ces pays ont repris leur utilisation de ce vaccin, des doutes persistent dans l’esprit de nombreux Africains.

Certains commentaires d’éminents dirigeants africains ont ajouté encore plus de confusion et de méfiance. Le président de Madagascar, Andry Rajoelina, a complètement écarté les vaccins, préférant plutôt promouvoir un remède à base de plantes non testé, pour guérir la maladie.

Une enquête des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) montre que l’hésitation envers la vaccination aggrave la menace de la COVID. Plus de la moitié des personnes interrogées dans 15 pays à haut risque ont déclaré que la gravité de la COVID-19 était exagérée. En Ouganda, seulement 350 000 personnes se sont présentées pour recevoir le vaccin, alors que 960 000 doses de vaccin étaient disponibles en février. Selon l’OMS, 22 pays africains ont utilisé moins d’un quart des vaccins qui leur ont été fournis. En mai 2021, le Malawi a incinéré 20 000 vaccins périmés, devenant ainsi le premier pays africain à le faire. Le Soudan du Sud prévoit de jeter 59 000 doses, tandis que la République démocratique du Congo indique ne pas pouvoir utiliser la plupart des 1,7 million de doses qu’elle a reçues plus tôt cette année.

Quels sont donc les principaux mythes qui circulent sur le continent ?

Mythe : la COVID n’existe pas

C’est un fait, la COVID-19 a été confirmée dans tous les pays du monde. Le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies avertit que la COVID est bien réelle. Il y a eu 4,7 millions de cas positifs et plus de 127 000 décès connus liés à la COVID-19 sur le continent. En raison de capacités de test limitées, les chiffres réels sont probablement plusieurs fois plus élevés.

Pendant ce temps, le virus évolue constamment. Dans certains cas, les nouveaux variants sont plus transmissibles et mortels que la souche originelle. Un variant originaire d’Inde a été détecté pour la première fois en Afrique, en Ouganda, le 29 avril 2021. En l’espace de quelques semaines, le variant indien s’est répandu dans au moins huit autres pays africains. Aujourd’hui, il existe une demi-douzaine de variants de la COVID actifs sur le continent. Le faible taux de vaccination sur le continent offre au virus la possibilité de muter et de devenir incontrôlable – à travers l’Afrique et potentiellement dans le monde.

Lire la suite sur le Centre d’études stratégiques de l’Afrique ici

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here