Accueil Afrique Des scientifiques alertent : « le Coronavirus n’est pas la dernière pandémie...

Des scientifiques alertent : « le Coronavirus n’est pas la dernière pandémie ! »

0

Les scientifiques spécialisés dans la chasse en cas de pandémie mettent en garde contre une « tempête parfaite » qui pourrait entraîner l’apparition de nouvelles maladies chez les animaux sauvages.

Nous avons créé « une tempête parfaite » pour que les maladies de la faune sauvage se répandent chez les humains et se propagent rapidement dans le monde entier, avertissent les scientifiques.

L’empiètement de l’homme sur la faune et la flore accélère ce processus.

Cette perspective est celle des experts de la santé mondiale qui étudient comment et où les nouvelles maladies apparaissent.

Dans le cadre de cet effort, ils ont mis au point un système de reconnaissance de modèles pour prédire quelles maladies de la faune sauvage présentent le plus de risques pour l’homme.

Cette approche est dirigée par des scientifiques de l’université de Liverpool, au Royaume-Uni, mais elle s’inscrit dans le cadre d’un effort mondial visant à développer des moyens de mieux se préparer aux futures épidémies.

Nous avons évité cinq balles

Visualisation de données sur les agents pathogènes communs (c) Maya Wardeh

« Au cours des 20 dernières années, nous avons eu six menaces importantes – SRAS, MERS, Ebola, grippe aviaire et grippe porcine », a déclaré Professeur Matthew Baylis de l’Université de Liverpool à BBC News. « Nous avons évité cinq balles mais la sixième nous a atteint ».

« Et ce n’est pas la dernière pandémie à laquelle nous allons être confrontés, nous devons donc examiner de plus près les maladies des animaux sauvages ».

Dans le cadre de cet examen approfondi, lui et ses collègues ont conçu un système de reconnaissance de schémas prédictifs qui peut sonder une vaste base de données de toutes les maladies connues de la faune sauvage.

Parmi les milliers de bactéries, parasites et virus connus de la science, ce système identifie des indices enfouis dans le nombre et le type d’espèces qu’ils infectent. Le projet utilise ces facteurs pour mettre en évidence ceux qui représentent la plus grande menace pour l’homme.

Si un agent pathogène est signalé comme prioritaire, les scientifiques affirment qu’ils pourraient orienter les efforts de recherche vers la recherche de préventions ou de traitements avant qu’une épidémie ne se produise.

« Ce sera une nouvelle étape dans la recherche des maladies susceptibles de provoquer une pandémie, mais nous progressons dans cette première étape », a déclaré le professeur Baylis.

BBC Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here