Accueil Afrique Alpha Diallo poursuivi pour le meurtre d’Amer Molakhel à Pondrôme

Alpha Diallo poursuivi pour le meurtre d’Amer Molakhel à Pondrôme

315
0

Alpha Diallo, un réfugié guinéen de 19 ans, répond à partir de mardi du meurtre d’Amer Molakhel, un réfugié afghan de 17 ans, devant la cour d’assises de Namur. La victime a été poignardée d’un coup de ciseaux en plein cœur le 6 février 2018 au centre de l’Agence Fédérale pour l’Accueil des Demandeurs d’Asile (FEDASIL) de Pondrôme (Beauraing).

La victime venait d’apprendre, la veille, l’acceptation de son dossier de régularisation et voulait fêter sa future nationalité belge. Il avait alors demandé à Diallo, qui avait la réputation d’être un dealer, de lui fournir un peu de marijuana pour fêter cette bonne nouvelle.

L’accusé n’avait pu lui fournir qu’un gramme, préférant garder le reste de son stock pour sa consommation personnelle. Molakhel n’avait guère apprécié cela et n’avait eu cesse de relancer Diallo pour obtenir plus de drogue en l’agressant verbalement et physiquement.

Alpha Diallo, excédé et se sentant en insécurité, s’était muni d’une paire de ciseaux pour répondre aux provocations d’Amer. Le jour des faits, il est sorti de sa chambre et a aperçu dans le couloir la future victime qui le narguait.

Les deux hommes se sont alors rués l’un vers l’autre et une violente bagarre a éclaté. Selon les éducateurs qui ont tenté de les séparer, la victime a d’abord eu le dessus, avant que l’accusé ne sorte la paire de ciseaux et ne la lui plante en plein cœur.

Les secours, appelés vers 19h, n’ont rien pu faire pour sauver le réfugié afghan dont le décès est constaté à 20h23. Entre-temps, les policiers ont procédé à l’arrestation d’Alpha Diallo vers 19h50.

Ce matin, après la lecture de l’acte d’accusation, la défense de Diallo a précisé que son client avait donné le coup de ciseaux pour se défendre des agressions de Molakhel qui n’avait fait que l’injurier, le harceler et lui donner des coups.

Les conseils de l’accusé ont aussi attiré l’attention de la cour sur la constitution de partie civile de FEDASIL alors que l’agence n’est ni parent ni allié des parties, mais employeur de plusieurs témoins.

Après s’être retirée, la cour a débouté l’accusé, FEDASIL reste ainsi partie civile.

Belga

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here