Accueil Afrique A l’orée d’un cycle électoral, les temps sont durs pour les pro-démocratie...

A l’orée d’un cycle électoral, les temps sont durs pour les pro-démocratie en Afrique de l’Ouest

0

A la suite des Guinéens dimanche, des millions d’Africains de l’Ouest sont appelés à élire leur président d’ici la fin 2020, sous l’oeil inquiet des défenseurs de la démocratie, alarmés par son recul dans une partie du continent autrefois jugée pionnière en la matière.

« Les temps sont difficiles pour nous autres observateurs de la démocratie dans la sous-région », explique Kojo Asante, un responsable du centre de recherche Ghana Center For Democratic Development.

Le Ghana votera le 7 décembre. Guinéens, Ivoiriens, Burkinabé et Nigériens iront aussi aux urnes d’ici la fin de l’année

Après plusieurs alternances pacifiques, le Ghana est cité en exemple, en dépit de sujets de préoccupation comme les agressions de journalistes. Ailleurs l’image est bien plus sombre.

Elle s’est obscurcie avec le putsch qui a eu raison au Mali du président élu Ibrahim Boubacar Keita le 18 août, sans effusion de sang.

Cette pratique, répandue sous des formes brutales dans la seconde moitié du 20e siècle après les indépendances, a cédé la place à des coups d’État « beaucoup plus sophistiqués, plus propres et cosmétiques », constate le centre d’études Afrikajom dans un rapport récent: « coups d’Etat électoraux » ou « coups d’Etat constitutionnels » menés non par les armes, mais par la fraude et les révisions de la loi fondamentale.

Il ne s’agit pas seulement de la tentation de la présidence à vie prêtée à certains chefs d’Etat. Répression, arrestations: « concernant les droits humains, le recul est partout », déplore Afrikajom.

En Guinée et en Côte d’Ivoire, les présidents sortants tirent argument du changement de Constitution pour briguer un troisième mandat, causant une contestation qui a fait de nombreux morts et ajoutant leur nom à la longue liste des dirigeants ayant plié la loi fondamentale à leur ambition depuis 2000.

– Désillusion démocratique –

Au Niger par contraste, le président Mahamadou Issoufou est salué pour sa décision de ne pas se représenter le 22 novembre après deux mandats.

Mais, dans ce pays comme au Burkina, ainsi que chez le géant nigérian et au Mali, la propagation des agissements jihadistes et des violences intercommunautaires alarment les défenseurs des droits et la communauté internationale.

Les récents acquis au Liberia et en Sierra Leone après les guerres civiles jusqu’au début des années 2000, en Gambie ou en Guinée-Bissau demeurent fragiles. Le président sénégalais Macky Sall n’a pas fait taire les spéculations sur un troisième mandat.

« On observe sur plusieurs aspects un recul démocratique en Afrique de l’Ouest », déplore Mathias Hounkpé, politologue pour la fondation Open Society en Afrique de l’Ouest (OSIWA).

« Dans les pays francophones particulièrement, on observe un durcissement des textes encadrant la création de partis, être candidat aux élections est de plus en plus difficile, comme en Côte d’Ivoire ou au Bénin », regrette-t-il.

Alan Doss, ancien haut responsable de l’ONU dans différents pays africains, note pour l’Africa Center for Strategic Studies un « désenchantement démocratique », né de déceptions causées par les promesses électorales non tenues, la persistance de la corruption, de l’impunité et de la mauvaise gouvernance.

Les raisons invoquées sont multiples: difficultés économiques, pression démographique, défaillance des contre-pouvoirs institutionnels, perte d’influence des médiateurs traditionnels, crise du multilatéralisme, affaiblissement des modèles américain ou britannique et montée en puissance de pays comme la Chine ou la Turquie…

Les grandes institutions régionales, la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Union africaine (UA), « devraient jouer un rôle beaucoup plus important, un rôle de médiation », plaide Arsène Brice Bado, un responsable du Centre de recherche et d’action pour la paix d’Abidjan, « car il est difficile de trouver des médiateurs internes en Côte d’Ivoire ».

Or, le diagnostic des limites de la Cédéao et de l’UA est largement partagé.

– Motifs d’espoir –

La Cédéao est la proie de ses dissensions. Elle n’a pas fait barrage aux menées des présidents guinéen et ivoirien. Son insistance sur le retour à l’ordre constitutionnel au Mali, à rebours du soutien populaire aux putschistes, a été dénoncée comme une volonté de perpétuer des systèmes discrédités, traduisant la crainte de certains présidents pour leur propre sort.

L’opposant guinéen Faya Millimouno, cité dans la presse, a ravalé la Cédéao à un « syndicat des chefs d’Etat ».

« C’est extraordinaire que moi qui me suis battu pendant 45 ans (contre les régimes autoritaires guinéens), je sois considéré comme un dictateur antidémocrate », s’indignait récemment le président Alpha Condé. « Comment peut-on dire +coup d’Etat+ » alors que la nouvelle Constitution a été adoptée par référendum, demandait-il sur Radio France Internationale.

Certains nuancent. Ils invoquent le transfert de pouvoir attendu au Niger, une première depuis longtemps.

L’Afrique de l’Ouest n’est pas l’Afrique centrale qui, avec le Cameroun, la Guinée Equatoriale et la République du Congo, concentre des recordmen du monde de longévité présidentielle en exercice.

Les défenseurs des droits se réjouissent de l’émergence de mouvements citoyens et d’efforts d’émancipation portés par les jeunes ou les femmes.

« Le seul fait que des élections aient lieu et que les parties prenantes (en particulier d’opposition) veuillent faire appliquer les règles et jouer selon les règles, est un motif d’espoir », souligne Samuel Darkwa, un responsable de l’Institute of Economic Affairs, à Accra.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here